L’art vit au château

David Vanorbeek et Natalie Magnin mêlent métal et textile dans leurs créations

Article par Julien Pellicier pour journal sudouest.fr, 18 / 12 / 2014



David Vanorbeek a de quoi s'occuper. Quand il ne sculpte pas, il passe le plus clair de son temps à entretenir les près de trois hectares du parc du château de Lagravade où, avec sa compagne Natalie Magnin et ses deux filles, il a posé ses valises en juin dernier. Le couple d'artistes originaires des Flandres mène donc la vie de château. Une situation qui a presque tendance à faire rire les locataires, tant les rentrées d'argent sont aléatoires dans leur domaine, et qui serait quand même plus drôle si la somptueuse demeure du XIXe siècle, qui a retrouvé son faste d'antan après deux années de travaux, n'était pas située sur le tracé de la LGV. Et donc promise à disparaître des berges du Gers, si le projet alternatif de la municipalité layracaise n'était pas retenu… David et Natalie sont arrivés là un peu par hasard, juste poussés par l'envie de s'installer dans une zone moins rurale que ce coin de l'Aude qu'ils habitaient depuis treize ans. Un peu aidés par des amis, ayant en commun, pour connaissances, les actuels propriétaires de l'ancienne demeure de la famille Boé, Belges comme eux. Alors, depuis juin, ils font tourner les quatre chambres d'hôtes du château avec un certain succès. Et, surtout, David peut veiller sur ses œuvres et les faire découvrir au public (1) qui ose franchir l'imposante grille de la propriété, gardée par une mante religieuse XXL. 


Récupération dans les vignes 


C'est d'ailleurs avec ces insectes qu'il s'est fait connaître. Des êtres minuscules qu'il grossit en leur donnant forme avec du vieux fil de fer récupéré dans les vignes. Car, chez lui, le recyclage est une seconde nature. L'art aussi, en somme : « Pour moi, c'était un hobby. Je ne savais pas que c'était de l'art », explique-t-il. Puis, invité il y a quinze ans à prendre part à une exposition avec dix autres artistes, il se retrouve être le seul à vendre une de ses œuvres. Les quelques cartes de visites rédigées à la main ont, ensuite, amené cet autodidacte à exposer ses fourmis au zoo d'Anvers et à commencer à se faire connaître. Depuis, il a arrêté de tordre des fils rouillés et s'est mis à souder. Des tôles récupérées ci et là, de vieux piquets de vignes, des cerclages de foudres et même de vieilles cuves à mazout donnent désormais vie à des œuvres bien plus abstraites et parfois monumentales : « La Crise », « Le Cercle carré », « Les Cinq trois-quarts - Less is more » ou ses fameux « À quoi ça sert »… 


Feutre et soie mêlés 


En parallèle, c'est avec sa compagne Natalie, à l'origine créatrice d'accessoires de mode, qu'un nouveau projet grandit et donne naissance à un art nouveau, « le métallotextile », qui combine les œuvres brutes et froides de Monsieur avec les mélanges de soie et de feutre qu'affectionne Madame. Si lui ne se sert que de matériaux de récupération, elle cultive le même esprit en privilégiant l'usage de teintures naturelles (cochenille, oignon…) pour colorer le feutre qu'elle fabrique sur place. La rouille, aussi, permet de créer des imprimés. Les réalisations modernes, souvent trop fragiles pour résister aux aléas climatiques, s'exposent sur les murs classiques de l'auguste bâtisse en sursis.


(1) Visite gratuite du parc des sculptures, sur rendez-vous, au 05 24 29 70 99.

 

 

 

 

Article par Julien Pellicier pour journal sudouest.fr, 18 / 12 / 2014

 

Natalie Magnin

  David Vanorbeek

 

Château-de-Lagravade

 

 

 

             ***

 

Bed and Breakfast

Chambres d'hôtes

Art

Parc de Sculptures

Atelier Textile

 

             ***

 

Layrac (Agen) A62

Bordeaux 130 km

Toulouse 110 km

 

Lot-et-Garonne (47)

Aquitaine

France

 

 

 0033(0)5 40 40 15 32

0033(0)6 17 77 17 58

 

 

Art-BnB

 

               ***

 

 

 

 

Art B&B Aquitaine Lot-et-Garonne

Nos Art Sites / Our Art Sites:

 

vanorbeek.com

metallotextile.com

 

 

 

OFFRE   -  OFFER

 

partage share deel